Return to site

MOBILITÉ PARIS-SACLAY

À la suite de la réunion du 26 octobre sur transports et aménagement du Plateau de Saclay à Palaiseau,
À la suite du colloque du 18 novembre dernier sur la mobilité autour du Plateau de Saclay à Centrale-Supelec, À la suite de la manifestation d'élus locaux le 23 novembre dernier,
À la suite des interpellations de nos concitoyens,

Nous, Jean-Noel Barrot, Amélie de Montchalin, Marie-Pierre Rixain et Cédric Villani, députés et députées de l'Essonne et des Yvelines concernés directement dans nos circonscriptions respectives par le développement de l'initiative Paris-Saclay et le programme de l'Opération d'intérêt national (OIN) :

REGRETTONS que les institutions en charge du pilotage et du développement local ne soient pas parvenues, jusqu'ici, à organiser le débat public, transparent et constructif, que nous souhaitons promouvoir;

RÉAFFIRMONS avec force :

  • la nécessité de protéger les terres agricoles du plateau de Saclay, en garantissant la pérennité de la Zone de protection naturelle agricole et forestière (ZPNAF);

  • la nécessité de favoriser un développement harmonieux du territoire, maintenant un haut niveau de recherche scientifique, technique et industrielle, préservant l'agriculture, et garantissant l'attractivité du territoire;

  • la nécessité de mettre en œuvre, partout où elle est possible, la synergie entre la population de l’ensemble du territoire, le monde agricole, le monde de l'entreprise et le monde des sciences et technologies, dans tous les projets portés par Paris-Saclay, qu'ils soient à rayonnement local, national ou international;

  • la nécessité d'une concertation respectueuse, basée sur le respect des institutions démocratiques, la tenue d’un dialogue exigeant et des échanges libres, sans verser dans les anathèmes, menaces ou intimidations.

    Concernant les transports, le débat public local s'est concentré, ces derniers mois, sur la Ligne 18, au risque de faire oublier le reste. Nous sommes convaincus de la nécessité d'une politique de transport multimodal, intégrant diverses solutions technologiques. Cela exige des moyens dédiés, des études indépendantes, et la mise en œuvre simultanée de différentes actions.

    Le colloque du 18 novembre a permis à de nombreux acteurs de s'exprimer en ce sens, et à des dialogues de se nouer. L'analyse et l'exploration de leurs contributions sont toujours en cours. Dans l'attente d'approfondissements à venir, nous sommes convaincus que la politique de transport du territoire nécessite :

- La nécessité d'un axe E-O se déclinant en particulier par :

  • une ligne de métro reliant Orly à Versailles desservira le plateau dans le cadre du Grand Paris Express. Le caractère aérien de cette ligne sur la partie Palaiseau-Saint-Aubin se justifie pleinement pour limiter la gêne causée aux laboratoires du Plateau par les vibrations; en revanche nous réaffirmons que sur la partie Saint-Aubin-Saint- Quentin cette ligne devrait être enfouie, et son trajet repensé en conséquence, en concertation avec les acteurs locaux, afin de minimiser l'impact sur l'agriculture et le cadre de vie. Le surcoût de cet enfouissement ne représentera pas plus de 1% du coût du projet complet Grand Paris Express, dont il ne faut pas oublier qu'il a été conçu comme un ensemble cohérent. L'ensemble du projet doit être réalisé aussi vite que possible pour éviter que les très grands investissements réalisés dans le développement de Paris Saclay ne soient perdus, pour garantir l'attractivité économique durable du pôle technologique et industriel de Versailles Vélizy St Quentin, et ainsi la cohérence de l'OIN..
  • une modernisation des lignes B et C du RER ; les facteurs limitants ici sont la durée et la complexité de la mise en œuvre technologique. Cette opération aurait dû être lancée il y a une décennie ; sans s'appesantir sur les responsabilités de l'inaction passée, il convient maintenant de donner une impulsion forte à cette modernisation qui doit être considérée comme prioritaire.

- Un axe Nord-Sud reliant la zone de Courtaboeuf pouvant se décliner en :

  • un TCSP reliant Courtaboeuf à Vélizy en passant par la RN118 ;
  • des liaisons vallées-plateaux (téléphériques, funiculaires enfouis ou aériens) qui nécessitent instamment des études et des moyens financiers ;
  • des systèmes de transport locaux légers et plus économes en investissement irrigant le territoire. Ces systèmes, conçus pour la mobilité du dernier ou des deux derniers kilomètres, devront être pensés selon diverses modalités (navettes à la demande, velib, autolib, véhicules autonomes). Des études peuvent être faites dès à présent, incluant des comparaisons internationales et des simulations, portant à la fois sur les solutions technologiques, l'organisation et la gouvernance.

Le Plateau de Saclay est un lieu d'une richesse humaine, scientifique, agricole, industrielle et technologique unique en France. Au-delà d'un projet d'aménagement, il s'agit d'un territoire, s'étirant d'Orly aux portes de Versailles, qu'une politique de transport pourrait enfin unifier sans le dénaturer.
Si les transports constituent un ingrédient fondamental de réussite du projet, ce n'est bien sûr pas le seul; nous aurons l'occasion, dans les semaines et les mois à venir, de nous exprimer sur d'autres aspects fondamentaux du développement de ce territoire qui nous tient à cœur.

Amélie de Montchalin, Marie-Pierre Rixain, Cédric Villani, Jean-Noël Barrot 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly