Return to site

Lettre ouverte à Monsieur le Premier Ministre, Edouard Philippe

Lettre ouverte au sujet de la Ligne 18 du métro 

Monsieur le Premier Ministre,

En 2009, l'État a décidé de donner une très grande ampleur au développement de Paris- Saclay, pôle de science, technologie et innovation du plus haut niveau, appelé à concentrer (selon certains indicateurs) plus de 25% des forces françaises en la matière, dans une grande synergie.

 

De nombreuses institutions ont souhaité accompagner cette dynamique, et des investissements considérables, tant privés que publics, à hauteur de plusieurs milliards d'euros, ont été consentis pour ce projet ambitieux. Pour autant, les difficultés ont été légion : citons celles liées au regroupement des acteurs universitaires de cultures différentes, ou à la complexité du déploiement d'un projet économique harmonieux dans un territoire varié qui comprend de grands acteurs industriels mais aussi agricoles.

 

Cependant, la difficulté pointée du doigt de la façon la plus virulente par les observateurs, rapport après rapport, est le relatif enclavement du Plateau de Saclay, mal desservi par les transports en commun, déjà engorgés alors que son développement commence seulement. Saturé et souffreteux, en proie à des incidents quasi-quotidiens, le RER B a si mauvaise réputation qu’il attire les railleries; quant à la ligne de bus Massy-Saclay, elle est très insuffisante. Si elle n'est pas résolue, cette difficulté mettra tout le projet à bas.

 

Le tracé du Grand Paris Express en Essonne avait été conçu pour remédier à ce problème, et dès le départ le métro automatique était présenté aux partenaires comme intégré au coeur du projet. En 2014, l'État confirmait cette volonté en annonçant, par la voix du Premier ministre de l'époque, la liaison Orly-Saclay par la ligne 18 à l'horizon 2024. Cette promesse solennelle a joué un rôle important pour convaincre bien des acteurs d'accélérer leur installation.

 

Trois années plus tard, toutes les parties prenantes — acteurs universitaires comme l'Université Paris-Sud ou l'ENS Saclay, acteurs industriels comme EDF, Safran ou Thales, mais aussi sociétés de service, startups, services publics comme l'Hôpital en cours de déménagement — considèrent cette liaison comme indispensable à l'avenir du projet, au recrutement de leur personnel et à l’attractivité de leur implantation. Ajoutons que cet investissement sera extrêmement rentable sur le long terme ; les exemples passés, et les études poussées ne laissent aucun doute à ce sujet.

 

Malgré cela, le projet a été remis en question et soumis au feu de la contestation ; députés des deux circonscriptions les plus directement concernées par le développement du pôle Paris-Saclay, nous avons mis un point d'honneur à organiser, dès notre campagne législative, parfois avec d'autres collègues députés ou avec des acteurs locaux incontournables, des consultations et débats publics sur ce thème. De ces échanges parfois contradictoires et souvent vifs, quelques conclusions claires ont pu émerger.

  • En premier lieu, la ligne 18 de métro est la seule solution actuellement disponible pour désenclaver le Plateau de Saclay. En effet, les débats et discussions techniques ont échoué à faire émerger une alternative crédible à cette liaison : en particulier, un bus à haut niveau de service (BHNS) ne saurait absorber les flux considérables de voyageurs qui sont attendus en heure de pointe, appelés à tripler en quelques années; il ne serait pas non plus assez rapide pour susciter un report modal de qualité, dans un contexte où la multimodalité des transports s'impose comme une nécessité.
  • En second lieu, cette solution peut être mise en oeuvre à temps. En effet, la Société du Grand Paris a réalisé les études, la déclaration d'utilité publique, et déposé les permis de construire pour les parties les plus techniques de cette liaison. En tenant compte de toutes les données actuellement disponibles, de la configuration géologique plutôt favorable, de ce qu'une partie est prévue en aérien, la SGP annonce une livraison des travaux pour juin 2024. Notons bien que les incertitudes sur le tracé de la ligne 18 à l'ouest du CEA jusqu’à Versailles n'affectent en rien la mise en oeuvre de la liaison Orly-Saclay.
  • Enfin, cette solution ne saurait être repoussée. La date de livraison fixée à 2024 est déjà si lointaine quand on songe aux difficultés quotidiennes de desserte vécues par des milliers d’étudiants, chercheurs et ingénieurs, en nombre croissant; une décision de report serait interprétée comme totalement déconnectée des besoins du terrain. Pire, ce report serait vécu comme une véritable trahison par tous les acteurs que la promesse de développement a incités à s'installer ou à investir sur le Plateau. Dans l'actuel contexte de tension et de rumeurs sur la viabilité du projet, c'est à l'État de s'affirmer comme garant de la parole donnée en jouant son rôle de fournisseur d'infrastructures : nous sommes certains qu'une politique contraire aurait pour conséquence le délitement de la confiance et l'écroulement de la dynamique du projet. Il s'ensuivrait la perte sèche de milliards d'euros déjà investis, condamnant le Plateau de Saclay à se transformer en un domaine fantôme, symbole de l'incapacité de l'État français à mener une politique cohérente dans la durée.

Les conclusions précédentes ont été obtenues en recoupant tous les avis disponibles et en interrogeant des experts et élus de bords différents : nous tenons tous les éléments à votre disposition et à celle des citoyens.

 

Notre lettre s’inscrit dans le contexte nouveau des décisions interministérielles en cours : depuis quelques jours, des rumeurs contradictoires ont circulé dans les médias quant aux décisions de l'État sur cette liaison et plus généralement sur le projet du Grand Paris Express. Dans nos circonscriptions respectives, concernées au premier chef par ces décisions, nous avons été interpellés à cet égard, avec anxiété, par les universités, les instituts de recherche, les entreprises, et les élus de tout bord. En leur nom et en le nôtre, Monsieur le Premier ministre, nous avons l'honneur de vous demander une audience sur le sujet de la liaison rapide Orly-Saclay.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de notre considération respectueuse.

Amélie de Montchalin

Cédric Villani

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly